L’Académie française a dévoilé, vendredi, son palmarès de Grands Prix, un total de 66 récompenses, pour l’année 2018. Parmi les lauréats, le professeur d’économie et historien Georges Corm, qui obtient le prix de l’essai pour La nouvelle question d’Orient.
Ancien ministre des Finances (1998-2000), Georges Corm est l’auteur de plusieurs ouvrages de référence sur le Liban et la géopolitique du Moyen-Orient.Dans La nouvelle question d’Orient, publié aux éditions de La Découverte en 2017, M. Corm revient sur le destin tragique des sociétés de l’est de la Méditerranée et du monde arabe, carrefour stratégique et géopolitique convoité par les grandes puissances coloniales depuis le XIXe siècle.
« Une vaste littérature avait été produite à cette époque sur la “question d’Orient”, alors qu’il s’agissait en fait des rivalités implacables entre puissances européennes avides de se partager les vastes territoires de l’Empire ottoman. Cet ouvrage rétablit les continuités et les ruptures entre cette ancienne question d’Orient et la “nouvelle question d’Orient”, débutant après la Seconde Guerre mondiale et donnant naissance à son tour à des violences ininterrompues, aujourd’hui à leur paroxysme », explique la maison d’édition dans sa présentation de l’ouvrage.Parmi les lauréats, également, Stéphane Malsagne, agrégé, docteur en histoire (Paris I) et enseignant à Sciences Po Paris, qui a reçu le prix Diane-Potier-Boès pour son ouvrage : Sous l’œil de la diplomatie française. Le Liban de 1946 à 1990.

L’orient le jour 2-7-2018