26/8/2014

Nelly HÉLOU
La Ligue maronite a tenu en juillet dernier au Palais des Congrès de Dbayé un séminaire sur le thème : « Ma terre, mon identité ». Certes, le sujet épineux de la vente des terres, qui entraîne une perte progressive de l’identité socioculturelle du pays, n’est pas nouveau en soi. Il est même devenu récurrent au fil des années de guerre, avec les changements démographiques et géographiques qui ont touché le pays du Cèdre : déplacements internes, afflux des réfugiés, ventes des terres soit entre Libanais, soit aux non-Libanais… L’action menée jusque-là pour endiguer ce fléau est restée limitée. Mais aujourd’hui ce problème a atteint un tel degré de gravité qu’il risque de transformer totalement l’identité même du Liban, pays convivial, creuset de cultures et de civilisations, et « pays message » tel que l’a défini le pape Jean-Paul II.
Tout au long d’une journée bien remplie, le thème du congrès a été abordé par d’éminents conférenciers et en présence d’un impressionnant parterre, sous ses différents angles, posant ainsi l’ensemble des problèmes dans toute leur acuité et préconisant l’action urgente à entreprendre pour mettre un terme à tout ce qui peut mener à la perte totale de l’identité libanaise.
Après avoir développé le lien sacré entre l’être humain et la terre, Me Samir Abillamaa, président de la Ligue maronite, a abordé la situation concrète des maronites de nos jours et la grande inquiétude de l’Église face à cet état de fait.
«Les statistiques, a-t-il affirmé, montrent que les Libanais chrétiens ont perdu au cours de ces derniers années une grande partie de leurs terres et certaines régions sont presque vides de toute présence chrétienne, de vastes étendues de terre ayant été vendues soit volontairement, soit de force ou du fait des offres alléchantes. » Il a souligné que la Ligue a, depuis des années, accordé un intérêt majeur à cette question, à travers des études sur la vente de vastes superficies et sur la nécessité d’amender la loi .d’appropriation par des étrangers

«Ce congrès, a poursuivi Me Abillamaa, n’est pas une réaction impulsive mais un appel à une réflexion approfondie sur les questions existentielles. Le Liban, confronté à de graves crises politiques et économiques, est menacé aujourd’hui dans son identité humaine, culturelle et géographique. La moitié de la population est désormais constituée de non-Libanais. « Ma terre, mon identité », nous le voulons un congrès scientifique, s’appuyant sur des faits, des chiffres et des lois définissant, sans alarmisme mais en toute objectivité, les dangers qui nous menacent. »
Farès Abi Nasr, secrétaire général de la Ligue maronite, est allé dans le même sens, affirmant : « Oui, la terre et l’identité sont en danger et s’il n’en avait pas été ainsi nous ne serions pas réunis ici même pour en parler. » Il a énuméré les multiples dangers : afflux des réfugiés du fait des guerres au Proche-Orient, loi sur la naturalisation que la Ligue maronite a refusée et dont le Conseil d’État a demandé la révision, non-adoption de la loi accordant aux Libanais non résidents sur le sol national le droit de voter, et non-adoption de la loi permettant aux expatriés libanais de récupérer leur identité. Que dire aussi de la manipulation dans la vente des terrains à des prix qui dépassent tout entendement ?
L’évêque Antoine Andary, représentant le patriarche maronite, a insisté sur le lien sacré entre l’homme et la terre, rappelant que dès le début de leur existence, les maronites ont pris conscience de la valeur de la terre, l’ont aimée et y ont incrusté leurs racines. D’ailleurs, a-t-il rappelé, le Conseil patriarcal maronite avait insisté sur cet aspect, déclarant : « Si le maronite gagne le monde entier et perd la terre sur laquelle s’est formée son identité historique, il aura perdu son âme. »
À la première séance, qui avait pour titre : « Les changements démographiques et géographiques au Liban », les statistiques avancées par Rabih Habre, spécialiste en la matière, sont plus qu’alarmantes. Il en a été de même pour les données présentées par Béchara Karkafi, ancien directeur général des services du cadastre, sur le mouvement des biens fonciers. Le député Nehmétallah Abi Nasr a proposé des restrictions à la vente des terres. La deuxième séance a porté sur les lois et décrets relatifs à ce sujet. Les présidents Maurice Khawam et Salim Sleiman, ainsi que le Dr Antoine Antoine Saad ont évoqué la nécessité d’apporter des amendements aux lois et décrets en vigueur, et l’adoption de nouveaux projets de loi proposés en vue de protéger la propriété.
Lors de la troisième séance, il a été question du développement équilibré de toutes les régions du pays à travers la création de zones économiques libres, de coopératives spécialisées, le jumelage entre les municipalités, etc. La dernière séance a porté sur les sources de financement par la Banque centrale, le Plan Vert, le CDR, des organismes privés dont Kafalat, et sur le rôle des municipalités dans le développement continu. Maintenant que le mal est diagnostiqué, que les remèdes sont proposés, reste à passer à l’action. La tâche est ardue dans la conjoncture présente interne et régionale en l’absence d’un président de la République, avec un Parlement qui s’auto-renouvelle et une situation régionale explosive dont le Liban subit les retombées au quotidien. Mais il ne faut pas se laisser gagner par le désespoir. Une mobilisation globale est nécessaire car le fléau de la vente des terres, qui touche en priorité les maronites, se répercute sur l’ensemble de la population et c’est le Liban entier, dans toutes ses familles spirituelles, dans toutes ses composantes et richesses historiques, culturelles et valeurs fondamentales, qui sera le grand perdant. Qui voudrait d’un Liban monochrome ?
Nelly HÉLOU
Journaliste

المصدر: http://www.lorientlejour.com/article/882731/congres-de-la-ligue-maronite-ma-terre-mon-identite-.html